Notre maillot pour 2022
La Conquérante 2022
Suivez-nous sur les réseaux
xxx xxx

Alexandre était à la Super Planche des Belles Filles !  Souffrons un peu avec lui

« Ma sortie solo du 22/08/22 ne faisait que 113 km , mais c’est l’une des plus belles que j’ai fait.
Partant de Borey un petit village de Haute Saône à environ 20km de Vesoul, je suis allé grimper la planche (et super planche) des belles filles. Etant en vacances avec ma petite famille à Borey , j’ai enfourché mon beau vélo de course peugeot vintage (et oui en Franche-Comté y a Sochaux dans le coin…) et me voilà parti.
Après avoir traversé Lure j’ai décidé de prendre un itinéraire passant par Mélisey (commune de Thibault Pinot, ses parents y habitent aussi). Y a encore des inscriptions et messages d’encouragements pour Thibault quand on traverse son village. À la sortie de Mélisey sur la route des Vosges on tourne à droite pour aller au Raddon et là on voit une pancarte Plancher les Mines 15km (Ah ouais, en effet son terrain de jeu favori n’est pas loin de chez lui).
À partir du Raddon ça monte progressivement et jamais trop méchamment même dans les derniers lacets jusqu’au col de la Chestraye. Etant parti en fin de matinée (11h) j’en profite pour pique niquer avant le sommet du col. Après on bascule, et on arrive très rapidement à Plancher les Mines. C’est rigolo de voir à travers ce village qu’il y a des champions cyclistes peints sur des panneaux en bois répartis de manière homogène. Sans doute l’œuvre d’un même artiste (on ne va pas épiloguer sur ces
champions post années 2000 mais parmi eux il y a malheureusement des drogués et même au moins un narco trafiquant américain).
À la sortie du village on tourne à droite et là ça attaque sévère…
Pour pas trop rentrer dans les détails c’est 6km de montée pour 600m de dénivelé positif donc en gros ça tourne à 10% de moy pour la pente. Mon vieux peugeot n’est pas du tout adapté à la montagne car mon plus petit développement est un 42 x 26. J’ai comté (comté pas de faute d’orthographe, c’est la pub pour les connaisseurs) les dents rien que pour vous chers adhérents de l’USCBB !
Une fois arrivé au restaurant du sommet (voir le tas de vélo sur la photo). On termine par la cerise sur le gâteau, la super planche des belles filles.
Sur la 1ère partie asphaltée, dans les pourcentages les plus raides (on parle de 20%) avec mon développement inadapté, je suis obligé de me mettre en danseuse pour ne pas me péter le dos.
Sur la 2ème et dernière partie, la fameuse en gravel , là aussi c’est mythique. Là où les coureurs et coureuses du Tour de France sont arrivé(e)s c’est encore du 20% sur du gravel.
Tel l’âne de Buridan j’ai un souci : me mettre en danseuse, ça dérape de la roue arrière… Ne pas le faire, je me casse le dos avec mon 42 x 26 et je tombe à l’arrêt Quoi faire ???
Et bien me mettre à moitié en danseuse et zigzaguer sur la route.
Victoire je n’ai pas posé le pied à terre avant le sommet. Ce que je retiendrai aussi de cette montée magnifique c’est l’impression qu’il y a tout le temps des cyclistes même hors période du tour de France masculin et féminin, c’est amusant de voir la multitude d’encouragements peints au sol. Y en a beaucoup pour Pinot, mais aussi pour pleins d’autres grands noms y compris des filles. »
Sortie à refaire vraiment, c’était top !
Alexandre

Comments are closed.