Notre maillot pour 2022
La Conquérante 2022
Suivez-nous sur les réseaux
xxx xxx

NOE et KUAN HSEIN à St Jacques sur Darnétal

NOE et KUAN HSEIN étaient le 30 juillet à St Jacques sur Darnétal sur des courses UFOLEP.
Noé gagne et Kuan finit 3ème en roue libre !
Aujourd’hui ,c’était course à la maison pour Kuan et moi. Nous sommes partis courir à saint Jacques sur Darnetal. Kuan courait
en 1ère catégorie UFOLEP. Il prend la bonne échappée et termine 3e alors qu’il avait la victoire dans les jambes. Il termine en
roue libre car plus de batterie dans son Di2, il termine sur le petit plateau en moulinant.
Je courais en 3e catégorie UFOLEP, pour pouvoir monter en 2e UFOLEP, il me fallait 1 victoire.
Je pars seul à 5 tours de l’arrivée, j’arrive en solitaire avec plus de 1min d’avance sur le peloton.
2e victoire de la saison et objectif atteint je monte en 2ème catégoie UFOLEP avec mes 2 victoires et ma deuxième place.

L’Étape du Tour 2022 de Frédéric

Et revoilà l’EDT avec son organisation de référence et son ambiance festive, après 2 étapes de Nice annulées cause COVID.

Lever 2h15 pour la navette qui me déposera à 4H45 à Briançon. Café/biscuits et préparation du vélo retrouvé à la consigne.

Je pars dans le sas 1, avec près de 15 degrés  dès 7H07, et un rythme soutenu dès les 1ers hectomètres. La montée Lautaret / Galibier s’annonce rapide. Je lâche la tête de ce sas (il reste 50 coureurs sur les 1000 partis à 7H07), et reprends ma cadence à 2Km du sommet du Lautaret, pour gérer au mieux cette étape exigeante.

La montée du Galibier se fait au train, l’altitude permettant de garder la fraîcheur, mais use un peu l’organisme jusqu’à 2640m. J’ai gardé le coupe vent et les manchettes pour plonger à grande vitesse vers Valloire. Je passe le ravitaillement en ciblant celui de St Jean de Maurienne, le col du Télégraphe est une formalité et je garde des roues d’une dizaine de furieux pour ne pas m’épuiser dans la vallée.

Pause au ravito de St Jean pour repartir avec des gourdes bien remplies. La montée de la Croix de Fer est assez compliquée avec les 1ers km difficiles exposés au soleil à 8 et 9%. J’ai noté un ravito à 5 km du sommet, qui sera bienvenu pour bien s’hydrater pour la descente et préparer la montée de l’Alpe. La descente de la Croix de Fer me fait flirter les 100 km/h et est rendue compliquée avec les 2 rampes avec du D+, surtout la seconde.

Je retrouve un groupe qui me mène à près de 40 km/h à Bourg d’ Oisan par 30° à 13 h.

Je recharge les gourdes et me rafraîchis avant la montée de l’Alpe qui se fait finalement plutôt bien, en doublant de nombreux coureurs usés, voire en dérive.

Je passe la ligne en 7H26, en 710ème position (16000 partants), et 50ème M6 (sur 1240 classés). Il a fait très chaud,  mais pensons que le pros partent vers midi et arrivent vers 17 h …

Frédéric

Costaud et solide… comme d’habitude. Bravo Frédéric pour ta belle performance.

Paris Normandie du 13 juillet

Que d’aventures en une semaine

 

Un début de juillet bien rempli par notre ami Romain G, Accrochez-vous pour lire son résumé,ça décoiffe !

02/07 : Je suis parti en train pour Dunkerque, afin de participer au Duathlon 111 (10/90/10km) du Chtriman de Gravelines le 3 juillet au matin. Je dors donc sur place à l’hôtel.

03/07 : Le duathlon s’est plutôt bien passé malgré des difficultés sur la deuxième CAP, terminé en 5h07. Je dors à nouveau à l’hôtel le soir du duathlon. Bilan de la journée : 130 km de vélo (90km sur la course et 40km d’aller-retour sur le lieu de la course) et 20km de CAP.

04/07 : RDV à 8h à Dunkerque pour rejoindre le groupe Donnons des Elles au Vélo J-1 pour faire l’étape Dunkerque-Calais, étape vallonnée et venteuse (vent de face sur la majeure partie du parcours). Je quitte le groupe une quinzaine de km avant l’arrivée pour rejoindre une gare et prendre un train pour Lille où j’ai de la famille. Bilan : 185km dont 167 sur la route du Tour.

05/07 : RDV à 8h à Lille pour rejoindre le même groupe pour faire l’étape Lille-Arenberg, une étape plate mais agrémentée de 11 secteurs pavés, avec le vent de dos. Je fais l’étape entière et la termine avec des ampoules sur les mains. Un cycliste qui a également roulé sur l’étape me propose de m’emmener en voiture jusqu’à mon hôtel à Maubeuge (j’avais au départ prévu de prendre le train). Bilan : 176km dont 167 sur le Tour, et une crevaison au 4e secteur.

06/07 : RDV à 7h30 pour l’étape Binche-Longwy, étape longue et plutôt vallonnée : 220km et 2700D+. Je pars de Maubeuge et doit effectuer 20km pour rejoindre le départ. Bilan de la journée : 250km dont 220 sur la route du Tour. Je dors le soir même à l’hôtel à Longwy car il était trop tard pour prendre un train.

07/07 : Réveil à 5h pour prendre un train jusqu’à Nancy, proche de Tomblaine où a lieu le RDV à 8h pour l’étape Tomblaine – La Super Planche des Belles Filles, première étape de montagne. 3 cols répertoriés sur cette journée : 2 cols de 3e catégorie et une de 1ère, étape de 180 km avec 2600D+. La côte finale me fait comprendre pourquoi les filles de DDEAV ont un pignon de 34 sur leurs cassettes, mon plus gros pignon étant un 28, avec un petit plateau de 36. La fin de la côte n’était même pas goudronnée, on devait rouler sur du sable là où la pente était tellement raide qu’elle pouvait nous faire craindre de partir en arrière si on se mettait trop vite en danseuse. Tous le monde n’est pas arrivé en haut (toutes les filles de DDEAV y sont parvenues). Bilan de la journée : 225km dont 180 sur la route du Tour, j’ai dû rouler une quarantaine de km après l’étape pour rejoindre mon hôtel à Belfort.

08/07 : Retour à Rouen en train, car il faut bien retourner travailler un jour ou l’autre.

Un petit mot sur l’évènement Donnons des Elles au Vélo J-1 : c’est organisé par un groupe appelé Donnons des Elles au Vélo, et cela consiste en un peloton de 9 femmes qui parcourent les routes du TdF un jour avant les pros dans le but de réclamer un TdF féminin, mais ce souhait ayant été exhaussé cette année, elles militent maintenant en faveur du cyclisme féminin en général. A chaque étape ont lieu des rencontres avec les élus sur les villes de départ et d’arrivée, et parfois sur les villes où il y a des pauses ravitaillement. Il est possible à tous de s’inscrire gratuitement pour les accompagner à vélo sur une étape et bénéficier d’un véhicule suiveur pour porter les sacs ; dans un soucis de parité, 35 places sont accordées aux hommes et 35 au femmes à chaque étape.

Sportivement,

Romain

Ulrich tutoie les sommets !


Pour un cyclosportif qui aime la montagne, la LEPAPE Marmotte Granfondo Alpes est une
épreuve à faire au moins une fois dans sa vie!
C’est un parcours exceptionnel avec l’enchaînement de 5 cols mythiques:
Le Glandon (La Croix de fer) ,le Télégraphe, le Galibier, le Lautaret et l’Alpe d’Huez : 176 km 5300
m D+.
Je n’étais pas le seul à relever se défi: plus que 7000 inscrits, 90% d’étrangers.
Il annoncent du beau temps! Ça fait plaisir, une semaine avant j’avais fais la Route des Grandes
Alpes, parfois sous la pluie et le froid!
Avec deux amis, je me trouve dans le premier sas dans les rues de Bourg d’Oisons pour le départ
à 7h.
Comme d’habitude, ça part très fort – au pied du col du Glandon je regarde mon compteur: 41 km/h
de moyenne.
Les jambes sont bonnes et la montée du col du Glandon se fait avec un bon rythme.
Après la descente on cherche à se regrouper, j’accroche un bon groupe, la vallée est vite avalée et
rapidement on se trouve à Saint-Michel-de-Maurienne, au pied du Télégraphe.
Maintenant on attaque un gros morceau: l’enchainement Télégraphe-Galibier, 35 km et 1920 m
D+.
Les derniers kilomètres du Galibier me paraissent plus durs que d’habitude, c’est peut être dû au
fait qu’on est au-dessus de 2000 m la chaleur commence à se faire sentir. Le Ravitaillement en
haut du Galibier est bienvenu.
La descente du Lautaret est rapide, pas trop de vent – un régal avec mon Colnago.
Cette fois, je me trouve seul dans la très longue descente vers Bourg d’Oisans – il y a deux ans je
me trouvais dans un groupe, on avait roulé trop fort et on l’avait payé dans la montée de l’Alpe.
Il est environ14h quand j’arrive à Bourg d’Oisans – maintenant il ne me reste plus qu’à monter les
21 virages de l’Alpe d’Huez.
Normalement je peux faire cette montée en moins qu’une heure – mais là c’est fort différent, j’ai
déjà plus que 160 km et 4000 m D+ dans les pattes.
Avec en plus la chaleur écrasante, la montée devient vite l’enfer pour tout le monde –
heureusement l’organisation avait prévue des points d’eau partout.
Je souffre de la chaleur, fais une croix sur le chrono, il ne reste qu’un seul objectif: finir!
Dans les derniers virages je retrouve les forces pour savourer l’arrivée dans la station de l’Alpe, il y
a beaucoup de monde pour accueillir les arrivants.
Finalement je suis pas mal classé: 804ème au scratch et premier dans ma catégorie.

Ulrich


Kuan H était aussi à la Marmotte

La Route des Grandes Alpes 2022 par GG

Bilan de la Conquérante 2022.

Merci à tous les cyclistes qui nous ont honorés de leur présence, merci aussi à tous les bénévoles du Club, aux bénévoles extérieurs, aux personnes de la Mairie de Bois-Guillaume, à notre kiné Julie, à notre photographe Jackie de CB2000, à tous ceux qui de loin ou de près nous ont aidés à la réussite de notre épreuve.

Merci au Crédit Agricole qui a permis avec la participation de notre Club, et parce que vous étiez nombreux, de remettre au Centre Becquerel de Rouen (lutte contre le cancer) un chèque substantiel.

Sur la Conquérante 132 km : 206 cyclistes

Sur la Dominique 88 km : 106 cyclistes

Sur la Guillaume 60 km :  51 cyclistes

Soit un Total de 362 coureurs. Record battu.

Bravo à tous les cyclistes, merci à tous.

Toutes les photos de la Conquérante sont sur le site : cb2000

le départ de la Conquérante – avec l’aimable autorisation du CB2000
la remise du chèque de 1800 euros remis conjointement par la Conquérante et le Crédit Agricole au Centre Becquerel de Rouen – avec l’aimable autorisation du CB2000

Une dure mais inoubliable journée pour notre amie Corinne à la VATTERNRUNDAN en Suède.

Notre amie de l’USCBB Cyclisme Corinne F, mais aussi triathlète a participé brillamment à la Vätternrundan 315 km en Suède le 18 juin 2022

Départ à 4h12 après une courte nuit en tente (lever à 2h50 Titre : 🥴) sous une pluie battante, des rafales de vent à 50-60km/h et à peine 10 degrés.

12000 cyclistes partants, de tous niveaux, par paquets de 50 toutes 2 min depuis la veille au soir.

La 1ere heure a été très éprouvante, sous la pluie, dans le froid et vent de face. J’étais parfois à peine à 16 km/h sur le plat avec la plaque Titre : 😱 , un cauchemar ! Impossible de rouler à 4 sans s’épuiser… Vent de face sur 120km.

Le parcours était vallonné sans grosses difficultés, quelques bosses de 500m à 1km à 5,5% en moyenne, bien loin des cols du Var de 8 km qui ont participé à mon entraînement. Les paysages sont incroyables, le tour du lac est splendide. Le soleil a fini par prendre le dessus ce qui nous a permis de sécher (surtout au niveau des chaussettes !).

Le vent s’est durci, était parfois favorable mais bien souvent en rafales à 60km/h de travers. On a dosé l’effort, géré les watts et le cardio. pour pouvoir rouler sans s’épuiser, parfois prenant les roues d’un groupe, parfois menant un groupe (j’ai été très fière de tirer un groupe de 20 cyclistes dans mes roues sur plusieurs km Titre : 😁). A 200km on s’est dit « plus que 115 km, à 216km « record de distance battu », à 250km « les 60km les plus durs de ma vie arrivent peut-être », à 280km on a raté le dernier ravito Titre : 🤦🏻‍♀️ et tapé la dernière bosse, à 300 km, on était bourré d’endorphines mais dans la douleur physique des 12h30 de selle, on a décompté les km jusqu’à l’arrivée.

Passer l’arche à 4, côté à côte à 315 km et 13h de selle (16h avec les pauses) a été un moment unique magique.

Une pensée solidaire néanmoins pour les 1300 cyclistes qui ont abandonné…

Pour résumer, une super organisation, des Suédois fans de sport qui encouragent partout le long du parcours, des paysages à couper le souffle et un grand bonheur pour nous 4.

Merci à tous les copains de l’USCBB qui ont participé à mon entraînement, à ceux qui m’ont encouragé et suivi pendant la course, une spéciale dédicace à la team Gazeau pour mes 1er 200km et à la team Bonafini Titre : 😉.

Désolée de ne pas avoir pu porter le maillot du club mais nous étions 4 triathlètes aussi… On a misé sur l’homogénéité du groupe.

Merci au club pour tous les moments de convivialité où on partage notre passion.

Et nous, on la félicite, et on lui tire notre « casque » ! Bravo Corinne.

L’Ardéchoise 2022

Les 7 mercenaires après l’effort. Chaleur caniculaire à l’Ardéchoise, les croutes de sel sur les cuissards et les maillots en sont les témoins. Au bilan, François L, Thierry G et son beau-frère, Romain G, ont parcouru la totalité de l’Ardéchoise, Jérôme L et Jean-Marc F ont fait la Volcanic, quant à Jacky, en leader du groupe avoue s’être contenté de 125 km !! Résultats sur le site de l’Ardéchoise. Sacré week-end ! Bravo à toute l’équipe.

Paris-Normandie du 17 juin 2022